Histoire de Villeconin

Panneau

 

Villeconin

Est une commune française située à quarante-deux kilomètres au sud-ouest de Paris dans le département de l’Essonne en région Île-de-France.

En 1388, Jean de Montagu édifie le château, qui fait partie d’un système de défense et de surveillance de la vallée.
On récoltait du vin sur les terres de Villeconin, et l’on y fabrique encore du cidre à Saudreville.

La commune a adopté comme blason les armes de Jean de Montagu : d’argent à la croix d’azur cantonnée de quatre aigles au vol abaissé de gueules, becquées et membrées d’or.

 

L’église de Villeconin

Dans le joli cadre d’une place fleurie et bordée d’arbres, l’église Saint Aubin, typique des églises rurales de la région, révèle à l’intérieur deux époques de constructions différentes : XII ème et XV ème siècles.
L’église fut édifiée au niveau du terrain naturel, celui du lit de la rivière. Des alluvions ayant surélevé le niveau de la place, il faut aujourd’hui descendre quelques marches pour pénétrer dans l’église.
L’église de Villeconin est placée sous le vocable de Saint Aubin (469-554), originaire de Vannes, qui devint moine, puis abbé de Tincillac (entre Angers et Saumur) et enfin évêque d’Angers. Ce saint homme combattit véhémentement la tradition franque des mariages entre frères et sœurs.

Le patron secondaire de la paroisse est Saint Thibault de Marly, qui fut abbé des Vaux de Cernay.

De l’extérieur, on peut admirer les grandes fenêtres de style ogival flamboyant, le portail renaissance, le clocher ajouré de petites fenêtres romanes et de trois couples de longues ouvertures lancéolées, munies d’abat-son, cachant une cloche datée de 1604.
Le chevet comporte trois fenestrages en arc brisé, le plus important, au centre, éclairant le chœur.
Sur la façade nord, cinq fenestrages en plein cintre éclairent les travées de bas-côté.
La façade ouest se compose, comme le chevet, de trois parties principales.
La partie centrale comprend un beau fenestrage flamboyant, surmontant le portail principal en anse de panier dont l’arc se termine par un fleuron.
Le vitrail de la façade est, situé au fond du chœur, représente le Christ entouré de St Pierre et St Paul.
La façade sud comporte le clocher, la tourelle de l’escalier d’accès, la sacristie et le portail latéral, datable de la fin du XV ème, et dont le porche possède une très belle charpente à chevrons rappelant la forme d’un vaisseau renversé.

L’intérieur de l’église se compose d’une nef à trois travées, d’un chœur et d’un sanctuaire flanqués de deux bas-côtés symétriques terminés par deux chapelles de Saint Joseph et de la Sainte Vierge.
Une balustrade en bois sculpté renaissance sépare le chœur des chapelles.
Les voûtes du chœur et de la nef sont hautes (10,70 m) et donnent un élan qu’accentuent les deux fenestrages flamboyants.

Les huit lourds piliers trapus sont de forme variée : ronds, carrés, hexagonaux, rectangulaires, heptagonaux. Des colonnes appliquées à ces piliers s’élancent des faisceaux de nervures caractéristiques du XV ème siècle qui donnent la date de reconstitution de l’église.

Dans le mur de la chapelle de la Vierge se trouve un fragment de frise de marbre blanc, débris d’un tombeau portant les armoiries de la famille de Rotrou.
On peut aussi admirer la chaire à prêcher sculptée en chêne (XVII ème), les fonts baptismaux (XVIII ème), des tableaux représentant Sainte Marie-Madeleine et Saint Roch, deux statues en chêne sculpté de Saint Aubin et Saint Thibault, ainsi qu’un reliquaire en forme de buste d’évêque renfermant des reliques de Saint Aubin.

99486426

 

Le château de Villeconin

Il fut édifié en 1388 pour Jean Montagu, surintendant aux finances, seigneur de Marcoussis.
Les bâtiments d’architecture simple et quelque peu austère s’organisent autour d’une cour centrale, et sont cernés de douves.
A l’intérieur, on peut admirer la très belle salle de Montagu et sa magnifique charpente en ogives.

800px-Villeconin_Chateau_02 - Copie

 

Ruines du château de la Grange

Le donjon de La Grange commande le vallon dit du Val-Pasquier, du côté de Souzy et domine de l’autre toute la vallée de la Renarde.
Les restes de ce qui fut une importante fortification sont étouffés par la végétation en bordure d’un champ situé au-dessus du chemin de Saint Chéron.

Vestiges tour de la Grange